Ayla Kutlu

De femmes auteures de la Turquie

Ayla Kutlu

Ayla Kutlu est née le 15 août 1938 à Antakya dans une famille de 4 enfants. Elle est le deuxième enfant et la seul fille. Son père Selahattin Kutlu est un de ces instituteurs de la première génération de la République et sa mère Sabriye hanım une femme au foyer. Ayla Kutlu raconte ses années d’enfance dans son livre « Zaman da Eskir » (« Le Temps Aussi Vieillit ») publié en 2006. Son père est né à Hatay au retour d’une mission de son père Sait bey à la trésorerie d’Alep. Diplômé de l’Ecole Instituteurs de Çapa il est nommé à Gaziantep. Ayla Kutlu le décrit ainsi « Mon père habitait dans la maison paternelle à Gaziantep. Il avait alors dans les 20 ans, jouait de l’ud et du violon, peignait, était curieux de littérature, de folklore, un peu dandy et avait du succès auprès des femmes. » Selahattin Bey épouse sa cousine Sabriye hanım une femme à l’esprit ouvert qui a fait trois ans d’école primaire, mais n’a pu étudier davantage sa famille étant pauvre.

En 1936 naît Altan, leur premier enfant. En 1937 la famille s’installe à Hatay. Selahattin Bey est inspecteur du primaire à Antakya et écrit dans le journal Atayolu. Ayla Kutlu naît le 15 août 1938. Son frère Alsan naît en 1940, son frère Zafer en 1949.

La famille vit à Antakya. Ayla Kutlu y fait ses études primaires et secondaires. Elle termine le lycée à Gaziantep puis, boursière, elle étudie à la Faculté de Sciences Politiques de l’Université d’Ankara. Diplômée en 1960, elle accomplit son service de travail obligatoire en Ministère de l’Intérieur.

En 1964, elle épouse Sahir Behlülgil, lui aussi diplômé de Sciences Politiques, ancien administrateur, ancien préfet. Ils divorcent après 13 ans de mariage. Ils ont un fils, Ahmet Kemal, ingénieur et universitaire.

Jusqu’à sa retraite en 1980, Ayla Kutlu remplit de nombreuses fonctions très importantes, en Ministère de l’Intérieur, à l’Institut d’Etat de la statistique, à la direction générale de la Banque de l’Agriculture. De temps en temps elle a été relevée de ses fonctions pour des raisons idéologiques.

Ayla Kutlu fait ses premiers pas dans la littérature en 1975 dans la revue « Özgür İnsan » (« L’homme libre ») où elle écrit sous le nom de plume Aygen Berel. Elle écrit d’abord des critiques de livres puis des nouvelles. Elle ne sera un écrivain professionnel qu’après sa retraite.

Elle publie son premier livre « Kaçış » (« La Fuite ») en 1979, puis en 1980 « Islak Güneş » (« Soleil Mouillé »). En 1983 ce sera « Cadı Ağacı » (« L’arbre aux sorcières »), et la même année « Tutsaklar » (« Les Captifs »). En 1984 elle publie son premier de recueil de nouvelles « Hüsnü-Yusuf Güzellemesi ». Son roman « Bir Göçmen Kuştu O » (« Lui, C’était un Oiseau Migrateur ») obtient le prix Mandaralı du roman. En 1987 son roman « Hoşçakal Umut » (« Au Revoir L’espoir ») est récompensé par le prix Rüştü Koray attribué par l’Association des Diplômés de Sciences Politiques de l’Université d’Istanbul. Son deuxième recueil de nouvelle publié en 1990, « Sen De Gitme Triyandafilis » (« Triyandafilis, Ne Pars Pas Toi Aussi ») obtient le prix Sait Faik. En 1994, elle publie son roman « Kadın Destanı » (« L’Epopée de Femme ») et un livre de nouvelles « Mekruh Kadınlar Mezarlığı » (« Le Cimetière des Femmes Odieuses ») qui reçoit le prix Yunus Nadi de la nouvelle. En 1998, « Emir Bey’in Kızları » (« Les Filles d’Emir Bey ») et son dernier livre de nouvelles « Zehir Zıkkım Hikayeleri » (« Histoires Empoisonnées »).

Ayla Kutlu est aussi l’auteur de livres pour les enfants. Elle raconte l’histoire de sa vie en 2006 dans « Zaman da Eskir » (« Le Temps Aussi Vieillit »). En 2010 enfin paraitra son dernier roman « Asi Asi » (« La Révolté ») aux éditions Bilgi.

Boîte à outils
Autres langues
Outils personnels