Hayganuş Mark

De femmes auteures de la Turquie

HAYGANUŞ MARK Elle est née en 1885 au quartier Ayaspaşa (Beyoğlu) à Istanbul. Elle a étudié dans une école française des sœurs et à Esayan. Elle a réalisé ses premiers essais littéraires pendant qu’elle continuait à ses études. En 1903, elle a obtenu le 3ème Prix dans un concours de poèmes organisé par le jourmal Masis. Après avoir eu son diplôme, elle a suivi des cours privés. Elle a travaillé à temps partiel comme professeur dans l’orphelinat de l’hôpital arménien Surp Pırgiç à Yedikule. Elle et son mari, ils ont dirigé le journal Dzağig (Fleur) et elle l’a transformé en un journal féminin. Après avoir déménagé à Izmir, ils ont publié les journaux Arşluys (Naissance du jour) et Artzakank (Echo). En préparant des chroniques sur les femmes, Hayganuş Mark a continué à avoir la même vision avec celle du Dzağig. Ils sont rentrés à Istanbul en 1909. Aux premières années de l’époque de la Monarchie Constitutionnelle (Meşrutiyet) pendant lesquelles une grande liberté dominait, elle a eu des missions importantes dans les associations arméniennes d’assistance et de service. En 1919, elle a commencé à publié une magasine bimensuelle appelée Hay Gin (Femme arménienne). Cette magasine parlait de tous les problèmes des femmes et a obtenu une place importante dans la société. Mais elle a du arrêter de la publier en 1933. Après avoir passé quelques années sans rien publier, elle a continué à écrire des articles dans des différents journaux. En 1954, avec une cérémonie, on a fêté sa 50ème année dans la littérature. Dans cette occasion, elle a publié un livre: Hayganuş Mark: Giyankın u Kordzı (Hayganuş Mark: Sa vie et ses œuvres). Elle est morte en 1966 à Istanbul et s’est enterré dans la cimetière arménienne de Şişli.

Boîte à outils
Autres langues
Outils personnels