Nihal Yeğinobalı

De femmes auteures de la Turquie

Nihal Yeğinobalı

Nihal Yeginobali est un écrivain turc née à Manisa en 1927. Elle commence ses études à Manisa, mais en raison des problèmes économiques de son père, ils doivent se déplacer à Istanbul. Elle fréquente l'American College for Girls avec sa sœur. Après sa graduation, ses parents décident de divorcer. Afin de gagner de l'argent, elle commence à travailler au lieu d'étudier. Elle trouve métier de traducteur. Après un certain temps, elle devient désireux d'écrire son propre roman. Elle utilise un pseudonyme et écrit son premier roman Genc Kizlar (jeunes filles) sous le nom américain Vincent Ewing. Elle présente le roman comme une œuvre traduite et est apprécié par son rédacteur en chef. Le livre est sur une jeune étudiante et son histoire d'amour fascinante. Le roman prend autant d'attention, et pourtant encore trouvé érotique. Pour cette raison, elle hésite à se déclarer. Fatigué d'être refusé par les maisons d'édition qui ont gardé en lui disant qu'elle était trop jeune pour être un écrivain, elle trouve cette solution et convainc son éditeur de traduire un chapitre de Vincent Ewing chaque semaine. Le livre devient best-seller immédiatement. Elle garde son silence et apprécie les commentaires à propos de l'écrivain faux et sa traduction fictive. Pendant des années, le roman a été réédité par les éditeurs.

En 1953, elle rencontre son futur mari, Morton Schinbel qui travaille comme attaché à l'ambassade américaine à Ankara. Ils se marient et se déplacent vers les USA. Elle étudie la littérature à New York. Elle a deux enfants. Son mari commence à faire des films pour enfants et des films culturels. Après sept ans en Amérique, elle retourne en Turquie avec ses enfants.

À l'époque en Turquie, il sort qu'il n'y a pas un écrivain du nom de Vincent Ewing. Finalement, elle décide que le moment était venu d'ajouter son nom à côté de celui de Vincent d'Ewing. Le livre a été réimprimé par Can Publishing en 2004 avec son nom dessus. Couvrant les dix premières années de sa vie, Yeginobali écrit ses mémoires Cumhuriyet Cocugu (L'Enfant de la République) et offre au lecteur une image vivante de la vie dans une petite ville égéen pendant les premières années de la république. Ses autres œuvres comprennent; Mazi Kalbimde Yaradir (1987), Sitem (1997), Belki Defne (2005), Gazel (2007). En tant que traducteur éminent et prolifique, Yeginobali introduit de nombreux auteurs classiques et contemporains et leurs œuvres dans la littérature turque.

Livres:
Genc Kizlar (1950),
Mazi Kalbimde Yaradir (1987),
Sitem (1997),
Cumhuriyet Cocugu (1999),
Belki Defne (2005),
Gazel (2007).

Boîte à outils
Autres langues
Outils personnels