Selma Rıza

De femmes auteures de la Turquie

Selma Rıza

Elle est née le 5 Février 1872 et morte le 5 Octobre 1931. Elle est le plus jeune des sept enfants de Naile Hanım, une femme d’origine autrichienne convertie à l’Islam et de Ali Rıza Bey diplomate et membre en 1877 du premier parlement ottoman. Elle est la première femme journaliste, seul membre féminin de la société İttihat ve Terakki (Ordre et Progrès), secrétaire général de l’Hilal-i Ahmer (L’ancêtre du Croissant Rouge) et l’une des premières femmes romancières turques est la sœur de Ahmet Rıza bey leader des jeunes turcs et président de la première assemblée nationale. Eduquée chez elle par des professeurs particuliers, elle s’enfuit d’İstanbul pour rejoindre son frère Ahmet Rıza à Paris. Elle suit des cours à la Sorbonne, s’affilie à l’association « Ordre et progrès ». Elle travaille pour le journal Meşveret publié en français et dirigé par son frère ainsi que pour le journal Şûrâ-¬yı Ümmet publié en Turc. C’est ainsi qu’elle devienne la première femme journaliste turque. En 1897 elle écrivit son roman Uhuvvet (Fraternité) mais ne put le faire paraitre dans cette période de troubles politiques. Il fut découvert par le journaliste Nebil Fazıl Aslan et transcrit en turc actuel. Le ministère de la culture le publia en 1999. Selma Rıza reste à Paris pendant huit ans et revient à İstanbul après la proclamation de la Constitution de 1908. Elle travaille alors dans des associations fondées par les femmes et s’efforça de les soutenir dans le domaine de l’éducation. Avec son frère elle participa à l’ouverture d’une école dans le palais d’Adile Sultan tout en écrivant dans Hanımlara Mahsus Gazete (Le journal propre aux femmes) et Kadınlar Dünyası (Le monde des femmes). Apres la constitution de 1908 elle travailla au Croissant Rouge restructuré. Selma Rıza est aussi l’auteur d’un autre roman non publié Taha Toros dans un article biographique préparé pour la revue Skylife précise qu’il existe aussi des poèmes qui ne sont pas encore publiés. Selma Rıza mourut en 1931. Son roman Fraternité, qui décrit pour la première fois la lutte de la femme ottomane en quête de son identité se passe à İstanbul et à Beyrouth à l’époque du Sultan Abdülmecit.

Boîte à outils
Autres langues
Outils personnels