Zabel Asadur (Sibil)

De femmes auteures de la Turquie

Sibil (Zabel Asadur) Sibil (Zabel Asadur) (née en 1863- morte le 14 Juillet 1934 à Istanbul)

Elle est née au quartier Üsküdar. Elle a étudié à l’église locale de la communauté et à l’école Cemaran qui était la première école supérieure arménienne. Elle a eu son diplôme en 1879. Ell a suivi des cours privés en français et en arménien. Le 11 Avril 1879, avec ses huits camarades, elle a fondé Azkanıver Hayuhyats Ingerutyats (L’association des femmes nationalistes arméniennes), une des deux plus grandes associations des femmes arméniennes. L’association visait à fonder des écoles pour les arméniennes provinciales. Sa mère et sa tante avait eu la permission du gouvernement ottoman pour cette action. Malgré cela, cette association est restée sous la pression de l’Etat. Avec le commencement des massacres d’Abdülhamid en 1894, elle a été fermée. Après la déclaration de la Monarchie Constitutionnelle en 1908, Sibil a ouvert cette association encore une fois. Azkanıver Hayuhyats Ingerutyats (L’association des femmes nationalistes arméniennes) fondait des écoles avec succès et avait des nouveaux membres. Elle a continué à ses activités jusqu’à 1915. Pendant ses premières cinq années, elle a fondé 35 écoles. Cent cinquante filles et femmes qui sont venues de différents quarties d’Istanbul ont participé à la deuxième réunion de cette association. D’après l’article Azkanıver Hayuhik (Femmes nationalistes arméniennes) de Sibil, les membres de cette association et les participants de ses activités étaient des jeunes femmes éduquées qui venaient des familles de classe moyenne et de classe supérieure. Il y a eu deux ans après la fondation de cette association, elle est partie à la province pour être professeur. Elle a travaillé à huit différentes villes. Elle est rentrée à Istanbul en 1889.

Même si elle a commencé à écrire des articles quand elle était plus jeune, sa première et sa plus réuissie œuvre était son livre Akçigan me Sirte (Cœur d’une fille). Les séquences de ce livre ont été publiées dans la magasine Aravelk (Doğu) en 1891. Elle écrivait des articles pour Masis en 1892, elle les signait avec un autre nom “Sibil”. C’était avec ce nom-là qu’elle était connue plus tard. Sibil a eu une mauvaise expérience de mariage avec Garabed Donelyan. Plus tard, elle s’est mariée avec Hrand Asadur (1861-1928, journaliste-écrivain. Sibil a publié son premier livre de poèmes Tsolker (Brillants) en 1902. Son deuxième livre Gnoş Hoginer (Ame des femmes) était un recueil des récits où elle racontait des bonheurs, des rêves, des déceptions des femmes de différentes familles et de différents milieux sociaux. Il a été publié en 1905. Après sa mort, ses étudiants ont publié son deuxième livre de poèmes Kertzvatzner (Poèmes) en 1940 et sa pièce de théâtre Harse (Mariée).

Sibil et son mari Hrand Asadur ont préparé des livres scolaires: Gortznakan Kerakanutiun ardi Aşkharhabari (Grammaire appliquée de l’arménien moderne) qui a eu 3 volumes (en 1877, en 1899, en 1902) et Tankaran Hayeren Lezvi (Trésor de l’arménien) qui a été publié plusieurs fois. Ainsi, elle a publié Gortznakan Dasentask Franserene Hay Tagmanutyan (Livre de traduction Français-Arménien appliqué). C’était avec ces livres-là, elle a fait du bien à la culture arménienne.

Ecrivant des articles pour les revues importantes comme Masis et Hayrenik (Patrie) et travaillant comme professeur dans les écoles arméniennes à Istanbul, Sibil était aussi une importante figure après Sırpuhi Düssap, qui continuait à lutter pour les droits des femmes.

Sibil a vécu dans une période où la littérature arménienne a suivi le romantisme, le réalisme et l’esthétisme. Elle n’était pas dépendante de ces courants mais elle était influencée.

Elle est morte en 1934 à Istanbul. Sa tombe se trouve à la cimetière arménienne Şişli.

Bibliographie :
Hacikyan, Agop J. (Coordinating Editor), Gabriel Basmajian, Edward S. Franchuk, Nourhan Ouzounian. “Sibil (Zabel Asatur)”. The Heritage of Armenian Literature, V. III (From the eighteenth Century to modern times), Detroit-Michigan: Wayne University Press, 2005. 541-542.

Rowe, Victoria. “Education is the Key: Sibil and Mariam Khatisyan A History of Armenian Women’s Writing:1880-1922. London: Cambridge Scholars Press, 2003. 75-130.


. “Sorunun Temel Çözümü Eğitimdedir”. çev. Zülal Kılıç. Bir

Adalet Feryadı: Osmanlı’dan Türkiye’ye Beş Ermeni Yazar, 1862-1933. İstanbul: Aras Yayıncılık, 2006. 37-84.
Sibil. Gnoş Hoginer (Kadınların Ruhu). İstanbul: 1905.


. Harse (Gelin). İstanbul: ?.

. Kertzvatzner (Şiirler). İstanbul: 1940.

. Tsolker (Parıltılar). İstanbul. 1901.
Boîte à outils
Autres langues
Outils personnels